mercredi 11 novembre 2015

La maladroite d’Alexandre Seurat



 La maladroite d’Alexandre Seurat

 Broché: 121 pages 
Éditeur :  Éditions du Rouergue
Parution : 19 aout  2015
collection: La brune
13€80

amazon.fr 

 Inspiré par un fait divers récent, le meurtre d'une enfant de huit ans par ses parents, La maladroite recompose par la fiction les monologues des témoins impuissants de son martyre, membres de la famille, enseignants, médecins, services sociaux, gendarmes… Un premier roman d'une lecture bouleversante, interrogeant les responsabilités de chacun dans ces tragédies de la maltraitance.
 


Mon avis: J'ai lu ce livre dans le cadre des  matchs littéraires(#MRL15) organisés par #PriceMinister, il me tentait beaucoup de par sa couverture que je trouvais extrêmement jolie mais vraiment triste avant que je ne découvre le résumé qui déjà m'a bouleversée. C'est un premier roman et j'aime découvrir les nouveaux auteurs alors j'ai mis ce livre en premier dans mon classement. Je l'ai reçu très rapidement et lorsque je l'ai eu entre mes mains, une angoisse m'est alors venue en relisant le synopsis, allais-je vraiment l'apprécier ? Allais-je vraiment pouvoir lire, une histoire basée sur un fait réel mettant en scène la mort d'une petite fille de l'age de la mienne ? Il fallait que je le lise de suite ce court roman d'une centaine de pages pour réellement voir où cela allait me mener...

Les dessins de Diana étaient à son image, cabossés, déformés, bizarres, pathétiques, ils me prenaient au cœur.

Du coté de l'histoire: La petite Diana 8 ans, est portée disparue. Tous ceux qui l'ont connue savent  déjà qu'il est trop tard. Ils témoignent au fil des pages du calvaire qu'a été la si courte vie de cette pauvre enfant. 
 
Un nom à la va-vite lui a été donné. Diana. Un nom de princesse - mais de princesse brûlée vive.

Sa première institutrice se souvient avec une grande émotion de cette petite fillette en détresse, des nombreuses anomalies qu’elle avait constaté au fil des jours, tels que des bleus, des traces de coups pour lesquels les parents qu'elle avait convoqués à nombreuses reprises se défendaient et mettaient en avant la maladresse de Diana causée par un accident subi quelques années auparavant. Mais elle a compris elle, que cette famille n'était pas ce qu'elle voulait faire croire, une famille unie sans souci et  qu’il s’agissait d’autre chose de bien plus grave qu'une enfant maladroite. Dès ce moment, elle va remuer ciel et terre pour faire surgir la triste réalité et tenter de sauver cette enfant, malheureusement, la famille qui se sent de plus en plus en danger, va déménager et le drame va alors arriver.
Dans ces pages nous signifiant l'horreur qu'à subit cette petite fille, prennent tout à tour la parole, les différents protagonistes, spectateurs de ce massacre: L'institutrice, la directrice d’école, le médecin scolaire, la tante de Diana, la grand-mère maternelle, les gendarmes, le personnel des services sociaux, son grand frère, et bon nombre de gens qui ont essayé de faire des choses pour arrêter ça mais qui sont restés malheureusement impuissants  et d'autres qui ont préféré attendre et ne pas brusquer les choses, laissant cette petite victime aux mains de ses bourreaux jusqu'au drame.  

J'aimerais pouvoir dire que je l'aimais comme une soeur - mais elle n'en était pas une pour moi, puisqu'elle n'était RIEN...


Du coté de l'écriture: Le sujet est délicat, la maltraitance sur enfants, encore bien trop présente à l'heure actuelle, une réalité qui me révolte, l'auteur ici, relate avec justesse sous forme de récit mais aussi de témoignages le parcours si court de cette petite victime. C'est un fait réel qui s'est déroulée en 2009 et que l'auteur a suivi de très près.  Alexandre Seurat nous décrit avec justesse l'inertie des services sociaux et de la justice dans les cas de maltraitances.  Les témoignages successifs des personnes qui ont connu la petite Diana et ses parents nous plongent dans une horreur innommable.  La construction du roman sous forme de témoignages renforce encore plus le réalisme et l'horreur de cette histoire.

Une famille bricolée, oui, une famille rapiécée, une famille où rien ne se dit, mais où les drames se passent au vu de tous, et en silence, sans que personne ne s'interpose.

En conclusion:  La maladroite est un roman terriblement émouvant, poignant, rempli d'émotions et de ressentiments. C'est  probablement l'un des romans les plus durs et les plus marquants que j'aurais lu depuis un bon moment. Un premier roman avec un sujet vraiment difficile mais qui est ici parfaitement maîtrisé. Ce roman nous bouleverse et nous fait réfléchir, il nous met en colère bien-sur de part l'horreur que ces parents  ont pu faire endurer à cette petite fille mais aussi par l’inefficacité des services sociaux et de la justice. On se pose énormément de questions, sur la machine administrative et judiciaire si difficile à faire bouger, combien de petite Diana va t-il encore falloir pour que les choses bougent et avancent ? 
J'ai beaucoup aimé la plume de l'auteur et ce qu'il nous fait découvrir par le biais de ces nombreux témoignages mais je ne pourrais dire que l'histoire m'a plu non, une histoire atroce qui ne devrait malheureusement pas exister est dans ces pages contée avec cette émotion et cette révolte qui ne peux que nous bouleverser, je ne pourrais pas spécialement noter ce récit juste par décence pour cette petite victime.
Mais je le conseille vraiment pour que les choses puissent avancer convenablement et que jamais au grand jamais ceci se reproduise.

http://www.priceminister.com/blog/les-matchs-de-la-rentree-litteraire-reviennent-13505


Aucun commentaire:

Publier un commentaire