mardi 20 octobre 2015

Mauvais Fils de Raphaële Frier

Mauvais Fils de   Raphaële Frier
Broché:  96 pages
Éditeur : Talents Hauts Éditions
parution : 27 aout 2015
Collection: Ego


7€00


amazon.fr   
  

 Fils unique, Ghislain a du mal à être ce que l'on attend de lui : un bon élève, viril et surtout hétérosexuel. Devant ses résultats médiocres au lycée, son père le pousse à se former au métier d'électricien, un vrai métier d'homme. Après des journées à cacher des fils et poser des prises, Ghislain passe ses soirées dans des bars gays où il vit ses premières expériences sexuelles. Lorsque son père s'en aperçoit, il le met à la porte. Un suspens psychologique de bout en bout. 


Mon avis: J'adore la collection Ego, une collection qui sous forme de petits récits nous conte des histoires à chaque fois, émouvantes et pertinentes. Cette fois-ci nous allons découvrir le récit de Ghislain, un jeune homme de 18 ans qui se sait selon lui,  pas comme les autres, pourquoi n'est il pas attiré par les filles mais plutôt par les garçons? cela serait si simple. Comment faire son coming-out auprès de ses parents sans passer pour un dépravé? et surtout comment vivre et s'accepter quand les autres ne le font pas? voilà autant de questions que va aborder cette courte histoire.

Du coté de l'histoire:  Ghislain a 18 ans, il n'est pas attiré par les filles mais plutôt par les garçons, alors pour essayer de trouver l'amour, le jeune homme se rend dans un bar Gays mais voilà que quelques jours plus tard ses parents apprennent la vérité et son père le vire comme un mal propre de sa propre maison. Heureusement grâce à la rencontre avec un garçon, Ghislain va tenter de se reconstruire sans pour autant oublier ses parents. Arriveront-ils à accepter leur fils tel qu'il est ou le fossé créer par l’intolérance va t-il persister? 

Du coté de l'écriture: Comme tout égo qui se respecte, le texte est extrêmement court mais tout y est, la plume de l'auteure est simple, émouvante et percutante, ce court récit se lit d'une traite, écrit à la première personne, nous sommes transportés dans l'histoire, une histoire sombre sur l’intolérance et l'homophobie  avec un final qui nous laisse émue à la limite des larmes. 


En conclusion: Quoi que très court, 96 pages ce livre est complet, il aborde un sujet difficile, l'homophobie, l’acceptation de soi et surtout des autres. La plume de l'auteure est percutante et émouvante, nous sommes plongés dans le quotidien de Ghislain et le mal être qu'il peut ressentir face à l’intolérance et à la bêtise disons-le de ce pauvre père homophobe. Un final émouvant mais qui ne laisse pas beaucoup d'espoir de réconciliation et de tolérance.

Extraits:

« – C’est bon. Tu peux rester. T’inquiète. Je m’en fous que tu sois pédé, mais tu me cherches pas, c’est tout ! Je reste sur place, reprenant mon souffle, soulagé mais encore honteux. – C’est bon, arrête de flipper, je vais pas te bouffer ! Continue Mounir. Mais tu ne me branches plus, OK ? Faut que t’ailles voir ailleurs pour ça. Il aurait pu me mettre une beigne, me foutre dehors ou pire, se marrer. N’empêche, j’aime pas le « ça » qu’il vient de prononcer. On dirait que j’ai un truc dégueu ou malade sur moi. Quelque chose qu’on peut pas nommer, qu’on préfère appeler « ça ». »

J'imagine le carnage si je leur racontais que la femme de ma vie a une petite barbe au menton, une voix plus grave que la mienne, pas de seins, pas de rouge à lèvres et pas d'utérus surtout !
Papa, Maman, j'ai un scoop, la femme de ma vie s'appelle Cédric... 


Cette lecture fait partie de mon challenge Jeunesse/Young Adult [2015-2016]
 
    Cette lecture fait partie de mon Challenge si j'étais un livre..
Cette lecture fait parti de mon Challenge: Compte tes pages [2015/2016]
 Cette lecture fait parti de mon Challenge 1 mois/1000 pages [2015]
 Cette lecture fait partie de mon Challenge Mille Bornes Livresque [2015]

Aucun commentaire:

Publier un commentaire